Résolution adoptée par l’Assemblée des délégué-e-s de l’Union syndicale vaudoise le 31 octobre 2016

[et_pb_section admin_label=”section”][et_pb_row admin_label=”row”][et_pb_column type=”4_4″][et_pb_text admin_label=”Texte” background_layout=”light” text_orientation=”left” use_border_color=”off” border_color=”#ffffff” border_style=”solid”]

Votation cantonale du 12 février 2017 – Politique du logement

Suite au référendum contre la loi sur la préservation et la promotion du parc locatif (LPPPL) lancée par les milieux immobiliers, la politique du logement sera soumise au peuple lors d’une votation cantonale. L’Union syndicale vaudoise et ses fédérations sont historiquement impliquées dans la défense des intérêts des locataires, situation que connaissent l’essentiel des salarié-e-s de notre canton. Lors des assises du logement, co-organisées par l’USV, ainsi que lors des dernières assemblées des délégué-e-s, il a toujours été question d’agir sur quatre points :

  • Défendre les droits des locataires contre les abus des propriétaires.
  • Défendre le logement comme d’intérêt public et non comme un bien marchand.
  • Lutter pour favoriser la création de nouveaux logements à loyer modéré afin de lutter contre la pénurie.
  • Promouvoir les coopératives d’habitation à but social et solidaire.

 

L’USV constate que la LPPPL permet des avancées, modestes mais significatives, sur ces différents domaines : c’est le cas en particulier avec le droit de préemption accordé aux communes, la facilitation de la construction de logements d’intérêt public (LUP), le droit d’information des locataires et la clarification des règles en cas de travaux. Ces différentes mesures devraient contribuer à promouvoir la construction de logements abordables et à préserver le parc locatif de la flambée des loyers. Par ailleurs, ces différents éléments remettent en cause la toute-puissance de la propriété privée en permettant une prise en compte d’un intérêt collectif. C’est la vraie raison de l’opposition des milieux immobiliers. L’USV constate aussi que les solutions promues par les référendaires vont à l’encontre des intérêts des salariées et des salariés et, qu’en cas de victoire, il faut s’attendre au démantèlement de l’entier de la protection des locataires, par exemple en prenant prétexte des travaux visant à épargner l’énergie pour augmenter sans limite les loyers.

 

Dès lors, l’Assemblée des délégués du 31 octobre décide que l’USV s’engagera dans le camp des promoteurs de cette réforme, apportera son soutien à la campagne en rejoignant le comité de campagne et en apportant un soutien financier et encouragera ses fédérations à en faire de même, notamment en préparant un argumentaire spécifique à l’intention des membres des syndicats.

[/et_pb_text][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section]

Author: USV

Share This Post On

Submit a Comment